General information

Title
APEFE - Prog. 2014 - 2016 / volet Burkina Faso (3 objectifs spécifiques)
ID
XM-DAC-2-10-3016205
Start date
End date
Activity status
Completion
Budget
€2.036.870
Actor
APEFE - Association pour la Promotion de l'Education et de la Formation à l'Etranger - APEFE
Country
BURKINA FASO
Policy markers
Gender
Environment
Good Governance
Desertification
Aid type
Core support to NGOs, other private bodies, PPPs and research institutes
Fragile state
No
Least developed country
Yes
Budgetline
54 21 356069 Subsidies APEFE (ex54213566)
Finance type
GRANT
Tied status
No
Flow type
ODA
SDGs
Body

General

Cfr la fiche descriptive des différents OS. OS1:Les capacités techniques des structures impliquées dans la mise en oeuvre de la SNDDAI ont été améliorées par le développement d’outils opérationnels et par le renforcement des compétences --> Programme d’Appui au Développement de l’Irrigation (PADI II) OS2: Les capacités institutionnelles et organisationnelles des structures de coordination et de gestion de l’IGMVSS du Burkina Faso ont été renforcées par le développement d’outils opérationnels et le renforcement des compétences --> Programme d’appui au renforcement des capacités pour la mise en oeuvre de l’Initiative Grande Muraille Verte pour le Sahara et le Sahel (IGMVSS) au Burkina Faso OS3:« Développer qualitativement et quantitativement les capacités de soins de kinésithérapie et de réadaptation médicale du Burkina Faso par (1) le renforce-ment des capacités institutionnelles su MS ; (2) le renforcement des structures de santé du pays ; (3) le renforcement du dispositif de formation des kinésithé-rapeutes --> Programme d’appui au développement des capacités de soins de kinésithérapie et de réadaptation médicale du BKF

Results

OS1:Les capacités techniques des structures impliquées dans la mise en oeuvre de la SNDDAI ont été améliorées par le développement d’outils opérationnels et par le renforcement des compétences --> Programme d’Appui au Développement de l’Irrigation (PADI II) OS2: Les capacités institutionnelles et organisationnelles des structures de coordination et de gestion de l’IGMVSS du Burkina Faso ont été renforcées par le développement d’outils opérationnels et le renforcement des compétences --> Programme d’appui au renforcement des capacités pour la mise en oeuvre de l’Initiative Grande Muraille Verte pour le Sahara et le Sahel (IGMVSS) au Burkina Faso OS3:« Développer qualitativement et quantitativement les capacités de soins de kinésithérapie et de réadaptation médicale du Burkina Faso par (1) le renforce-ment des capacités institutionnelles su MS ; (2) le renforcement des structures de santé du pays ; (3) le renforcement du dispositif de formation des kinésithé-rapeutes --> Programme d’appui au développement des capacités de soins de kinésithérapie et de réadaptation médicale du BKF

Other

Voir le rapport final du volet BKF du programme 2014-2016 de l'APEFE joint à cette fiche. Ce rapport synthétise les principaux résultats atteints comme suit: OS1 : La seconde phase du Programme d’Appui au Développement de l’Irrigation (PADI) a été consacrée à la finalisation du développement d’outils opérationnels et du renforcement des capacités de gestion des acteurs et services du Ministère de l’Agriculture, des Ressources hydrauliques, de l’Assainissement et de la Sécurité alimentaire(MARHASA) impliqués dans la mise en oeuvre de la Stratégie nationale de Développement durable de l’Agriculture irriguée (SNDDAI). De façon globale sur les cinq (5) grands indicateurs de changement, quatre (4) ont connu une réalisation quasi intégrale. Seul l’indicateur relatif à l’efficience d’utilisation de l’eau n’a pas été atteint en raison de la difficulté d’implication des Directions régionales de l’Agriculture et des Aménagements hydrauliques dues au manque de certains profils au niveau des DRAAH, au niveau élevé des activités de recherche et à un dispositif de communication vis-à-vis des DRAAH. Malgré ces difficultés, les résultats atteints dans le cadre du PADI II sont considérés comme pertinents. Dans un premier temps, la recherche sur la dynamique des aquifères a permis leur meilleure connaissance par les agents d’encadrement qui intègrent les différents paramètres dans l’accompagnement de l’agriculture irriguée. Dans un second temps, la recherche de procédés et d’outils pour une meilleure gestion de l’eau a été bien accueillie par les DRAAH qui y trouvent une opportunité pour améliorer les performances de l’agriculture irriguée. Aussi, les différentes études conduites ont permis d’identifier les bonnes pratiques utiles pour une gestion rationnelle de l’eau et une protection des différents plans d’eau. Les actions du programme ont permis d’observer un début de changement de mentalité des populations locales en matière de gestion rationnelle de la ressource eau, mais également dans l’entretien des différentes retenues d’eau. Les formations reçues dans diverses thématiques, les résultats rendus disponibles lors de l’atelier de capitalisation dans le cadre du PADI sont d’une importance capitale pour les agents terrain dans leurs activités quotidiennes. Par ailleurs, le taux d’exécution budgétaire 2014-2016 est très satisfaisant et a atteint 104,6 %. Ce taux de dépenses s’explique par des aménagements budgétaires qui ont été effectués en 2016 pour financer un atelier de capitalisation des résultats du PADI. Globalement, les résultats du programme et les effets générés révèlent des indices de durabilité importants, mais qui méritent d’être consolidés par des actions dont le but est l’appropriation des acquis et la vulgarisation de l’ensemble des savoirs générés à partir des nombreuses recherches et prospections de l’équipe du programme. Cette consolidation devra notamment concerner l’opérationnalisation de l’Unité de Gestion des Connaissances et de Capitalisation des Acquis, mise en place par la DGAHDI afin qu’elle puisse jouer pleinement son rôle pour l’ensemble des acteurs du sous-secteur de l’agriculture irriguée. Enfin, deux évaluations externes ont eu lieu en 2014 et en 2016. Toutes les recommandations de la première phase du PADI ont été mises en oeuvre. Les recommandations de l’évaluation finale du PADI ont été prises en compte dans la cadre de la poursuite du programme en 2017/2018 par Wallonie Bruxelles International et du gouvernement burkinabè.

Documents