Deux ans et demi après son lancement par l’agence belge de développement Enabel, le programme Wehubit soutient dix-huit projets numériques dans onze des quatorze pays partenaires de notre coopération bilatérale. Ces projets portent sur des thèmes aussi variés que l'autonomisation des femmes et des jeunes, l'agriculture intelligente face au climat, l'eSanté, et les compétences numériques. Fort de son expérience acquise dans la gestion d’un fonds compétitif, l'équipe du programme Wehubit vient d’ailleurs de clôturer son 5ème appel à propositions, une initiative qui lui permet de tisser de nouveaux liens au sein de la communauté du D4D en Belgique et à l'international.

Le contexte

En 2016, le Ministre de la Coopération au développement, Alexander De Croo, signe la nouvelle note stratégique du Digital for development  (D4D) de la Belgique. La note met en avant le potentiel du numérique en tant que levier du développement, tout en précisant que la technologie numérique n’est pas une fin en soi, mais un moyen d’accroître l’impact des interventions et d’atteindre davantage de personnes dans le besoin. Trois priorités sont clairement établies dont celle d’utiliser le numérique au service de sociétés inclusives.

La Commission Européenne quant à elle publie en 2017 un Commission Staff Working Document intitulé « Digital4Development: intégrer les technologies et services numériques dans la politique de développement de l'UE ». Ce document souligne que l'utilisation des technologies numériques peut contribuer de manière significative à la réalisation des objectifs de développement durable.

Pour répondre à ces priorités et contribuer à l'atteinte de l'Agenda 2030 des Nations Unies, Enabel lance en 2017 une réflexion devant mener à la création d'un programme numérique centré sur l’innovation sociale et mis en œuvre dans les pays partenaires de la Coopération belge au développement.

La solution

En 2018, le programme Wehubit est officiellement lancé par Enabel grâce au financement du gouvernement belge et en partenariat avec BIO, la Société belge d’Investissement pour les Pays en Développement. Ce financement se matérialise à travers un fonds compétitif permettant d’identifier et d’accompagner des initiatives utilisant les technologies numériques pour relever les défis sociaux et environnementaux, et déployées par des organisations publiques ou de la société civile établies dans l'un des pays partenaires de la Belgique. Concernant les demandes de financement qui proviendraient du secteur privé, une passerelle permet de les réorienter vers BIO.

Pour Arnaud Leclercq, Manager du programme Wehubit:

Alors que de nombreuses initiatives de la coopération ciblent aujourd'hui l'entrepreneuriat et le développement du secteur privé, nous voyons que ceux-ci n'ont pas le monopole de l'innovation et que les solutions numériques émanant de la société civile et d’entités publiques méritent certainement de l’attention et de l’investissement. Dans le cadre de notre appui, il s’agit de les aider à passer à plus grande échelle et de prendre certains risques. Pour parler le langage du monde des startups: nous finançons du scaling-up!

Concrètement, des financements entre 50.000 et 350.000 euros pour des projets de 18 à 36 mois peuvent être accordés aux initiatives sélectionnées dans le cadre d'un appel à propositions. Tous les projets financés sont analysés sous l’angle de l’approche fondée sur les droits humains et au travers des neuf principes du développement numérique auxquels adhère Enabel.

En plus du volet financement, l'équipe du programme Wehubit planche sur le développement d'un réseau regroupant les organisations partenaires avec comme objectif d’y trouver un espace pour partager leurs apprentissages mutuels, et ainsi contribuer à la production de connaissance à l’attention de la communauté D4D. Un portail en ligne libre d'accès est prévu à cet effet.

« Partager et diffuser de la connaissance permet à la fois d'apprendre de ses erreurs mais surtout de les dépasser. En rendant cette connaissance libre d'accès, le programme Wehubit souhaite contribuer à l’évolution du D4D en Belgique mais surtout en Afrique » explique Maxime Heyndrickx, expert D4D pour le Programme Wehubit.

Le rôle de facilitateur de réseau dans le D4D développé par le programme Wehubit depuis sa mise en œuvre offre également de nouvelles perspectives en terme de collaborations et synergies avec les autres acteurs de la Coopération belge au développement, et devrait permettre au programme d’accueillir de nouveaux partenaires et de poursuivre son action au-delà de son échéance initiale en 2023.

Le résultat

En Ouganda par exemple, le projet Lewuti de BarefootLaw financé par Wehubit offre une assistance juridique sur mesure via SMS et plateformes de Service Vocal Interactif aux femmes dépossédées de leurs terres ; au Bénin, les petit.es agriculteur.trices d’anacarde peuvent désormais associer bienfaits environnementaux et rentabilité en recevant des appuis ciblés grâce à l’exploitation de la technologie des drones par le projet CajuLab développé par TechnoServe et soutenu par Wehubit ; en République Démocratique du Congo, les cliniciens sont encouragés à documenter les violences sexuelle à travers l'application Medicapt développée par Physicians for Human Rights ; au Maroc, Wehubit soutient la Fondation Marocaine de l'éducation pour l'emploi à travers Take IT Forward, un projet d'autonomisation de la jeunesse par les compétences numériques afin d'accroître leurs chances d'insertion sur le marché de l'emploi ; en Palestine, au Burkina Faso, au Mali,… Au total, dix-huit projets soutenus par Wehubit sont actuellement en cours, et 5 nouveaux projets devraient bientôt recevoir un financement suite aux 5ème appel à propositions sur les villes résilientes !

Ressources

  • Découvrir les projets soutenus par Wehubit en cliquant ici.
  • Reportage photos : Wehubit header/ © Will Boase - Enabel, PHR 1/ © Physicians for Human Rights, PHR/ © Physicians for Human Rights, TS/ © Techno Serve / © EFE Maroc

Partenaires

  • Agence belge de développement Enabel
  • Société belge d’investissement pour les Pays en Développement BIO
  • La Coopération belge au Développement (DGD)