General information

Title
Programme d'appui institutionnel et opérationnel au secteur agricole (PAIOSA): augmentation et meilleure valorisation des productions agricoles et d'élevage (PAIOSA 2)
ID
XM-DAC-2-10-3010149
CRS ID
BDI1006511
Start date
End date
Activity status
Completion
Budget
€21.472.880
Actor
Enabel - the Belgian development agency
Country
BURUNDI
Sector
Agriculture and livestock - Agricultural policy and administrative management
Policy markers
Gender
Environment
Good Governance
Climate: Adaptation
Trade Development
Aid type
Project-type interventions
Priority partner country
Yes
Fragile state
Yes
Least developed country
Yes
Budgetline
54 10 545202 BTC MIP - FAP (ex-54145442/54163535)
Finance type
GRANT
Tied status
No
Flow type
ODA
Tags
Private Sector Dev.
SDGs
Body

General

Contribuer de manière durable à la réduction de la pauvreté et soutenir la croissance économique du Burundi à travers l'augmentation de la productivité des facteurs de production, la valorisation maximale des productions, la diversification des opportunités de revenus, la préservation et le maintien des ressources naturelles et environnementales Les bénéficiaires finaux de l'intervention seront : Les agriculteurs familiaux dans les zones d'intervention, à titre individuel ou au travers d'organisations paysannes représentatives, Les micro-entreprises dans le domaine de la production, de l'approvisionnement, de la transformation, du conditionnement ou de la commercialisation. Cette intervention de 23.000.000 EUR à charge de la Belgique vise à contribuer à la réduction de la pauvreté et à l'amélioration durable des conditions de vie des populations rurales en stimulant la croissance économique par une augmentation et une meilleure valorisation des productions agricoles et d'élevage et en promouvant un environnement institutionnel plus favorable au déploiement des activités agricoles durables.

Results

Les productions agricoles et d'élevage dans les trois régions naturelles d'intervention (Mosso, Bugesera, Imbo), sont augmentées et mieux valorisées dans un environnement institutionnel au niveau central, déconcentré et décentralisé favorable au développement d'activités agricoles et para agricoles

Other

R1 : "Des aménagements hydro-agricoles permettent d'augmenter et valoriser les superficies irriguées et la gestion de l'eau de manière durable". Au niveau des indicateurs, le rapport indique une augmentation du taux d'exploitation des marais et périmètres en riziculture. Il n'y a pas de données sur le gain moyen de production agricole. Plusieurs activités ont été conduites : construction de la prise d'eau Nyamagana, travaux d'aménagements dans l'Imbo (canaux), aménagements de marais dans le Moso, construction du barrage de Musasa 3, appui à 37 associations d'usagers de l'eau (toujours en cours), atlas interactif des marais élaboré et mis en ligne, etc. R2 : "Les bassins versants sont aménagés et protègent les investissements hydro-agricoles". Les indicateurs mettent en avant les progrès rencontrés pour la proportion des bassins versants protégés, celle de ménages qui protègent leur exploitation contre l'érosion. Incidence des feux de brousse est encore importante dans le Moso. Le rapport indique les différents processus de reboisement : 605 ha dans l'Imbo, 1406 ha dans le Moso; les actions de lutte contre l'érosion, la mise en place de groupements de gestion forestière. Il indique que les outputs ont été atteints mais constate que l'adhésion aux nouvelles pratiques souffre d'importants retards. En outre, la lutte contre les érosions nécessite des investissements plus importants pour mettre en place des plans d'actions globaux pour l'ensemble des bassins versants: actuellement, l'action du PAIOSA se limite aux urgences. R3 : "Les exploitations familiales des bassins de production ciblés améliorent leurs systèmes de production et la compétitivité des chaines de valeur retenues". Comme pour le PAOISA 1, les valeurs pour les indicateurs relèvent une insuffisance des semences certifiées. Plusieurs données ne sont pas disponibles (ménages utilisant des semences, plans améliorés, engrais, etc.). Au niveau des activités, 23.584 producteurs ont été bénéficiaires des champs écoles paysans, 6.869 ménages ont été encadrés selon l'approche exploitations familiales intégrées, 61 projets ont bénéficié du Fonds d'Investissement Filière (hangars, moulins) et différentes infrastructures ont également servi au désenclavement. Le rapport note cependant que le taux d'adoption des nouvelles techniques est resté faible, notamment car les conditions climatiques ont été peu propices pour montrer les gains de productivités liés à ces techniques. Concernant l'appui du FIF, seuls 57% des projets se sont montrés rentables, en raison de difficultés à identifier des promoteurs sérieux et fiables. En 2017, il a été remplacer par des Projets d'Entrepreunariat Agricole (PEA) et de Micro-projets (MIP). L'outil a été simplifié. R4 : "Les capacités des organisations non étatiques intervenant dans le domaine agricole à assumer leurs rôles et mandats dans les zones d’intervention sont améliorées". Au niveau des indicateurs, la proportion d'organisations paysannes accompagnées avec des capacités renforcées et satisfaisantes est de 6% (cible 50%). Pour les autres, les données ne sont pas disponibles en 2017. Plusieurs activités sont en outre prévues sous le PAIOSA 3. 100 OP sont accompagnées. Avant 2015, des directions provinciales de l'agriculture et de l'élevage ont été appuyées.