General information

Title
ILO Ukraine 2023
ID
XM-DAC-2-10-8924
CRS ID
TBD
Start date
End date
Activity status
Implementation
Budget
€1.500.000
Actor
UN International Labour Organisation (ILO/IAO/OIT) - PRT
Sector
Social Infrastructure - Employment policy and administrative management
Policy markers
Good Governance 1
Trade Development 1
Aid type
Contributions to multi-donor/single-entity funding mechanism
Fragile state
No
Least developed country
No
Budgetline
54 31 354002 Voluntary pluriannual contributions internat. multi partner organisations
Finance type
GRANT
Tied status
No
Flow type
ODA
Body

General

Depuis février 2022, la guerre contre l’Ukraine continue de causer de lourdes pertes en vies humaines ainsi que des destructions massives d’infrastructures, de revenus et d’emplois. De nombreux Ukrainiens ont été contraints de fuir la guerre à l’intérieur du pays ou vers des destinations à l’étranger. ILO a documenté en détail l’impact de la guerre sur les conditions économiques, sur le marché du travail ainsi que sur les mandants de ILO en Ukraine. Sur base des données chiffrées de ILO, l’économie ukrainienne a subi une forte baisse du PIB, évaluée à 35%, à la fin de 2022 et l’emploi a diminué de 15,5% en 2022, ce qui équivaut à 2,5 millions d’emplois perdus. Pour 2023, les prévisions de ILO suggèrent une stagnation de la situation du marché du travail alors que la guerre continue d’empêcher une reprise rapide. Au cours des premiers mois de la guerre, ILO s’est concentrée sur l’aide humanitaire partout où elle pouvait compléter les efforts d’autres agences des Nations Unies. L’assistance s’est concentrée sur la fourniture d’abris aux réfugiés par l’intermédiaire des partenaires sociaux en Ukraine et en Moldavie et sur des campagnes de prévention contre l’exploitation par le travail des personnes fuyant la guerre. Au stade actuel, il est nécessaire que le soutien à l’Ukraine puisse inclure l’aide humanitaire, l’aide budgétaire mais également l’aide au développement en parallèle. Des interventions de stabilisation économique axées sur la continuité des activités et la préservation et création d’emplois sont urgentes. Outre la gestion d’une économie de guerre, le gouvernement poursuit son ambitieux programme de modernisation des politiques du travail, de l’emploi et de la protection sociale. Pour répondre à cette situation, ILO a commencé à travailler sur la base des demandes reçues des mandants ukrainiens. Les syndicats et les employeurs restent opérationnels mais sont gravement touchés par la guerre. L’une des principales préoccupations des partenaires sociaux reste la perte des cotisations des membres et l’impact négatif qui en résulte sur leur situation financière. En effet, contrairement au gouvernement, les partenaires sociaux ne reçoivent pas d’aide budgétaire de la communauté internationale. Quels sont les défis? 1. Manque de données sur la prévalence de l’exploitation par le travail et de la traite des êtres humains des personnes déplacées à l’intérieur de l’Ukraine (plus de 5 millions de PDI) et des Ukrainiens qui ont dû quitter le pays à cause de la guerre (plus de 8 millions de réfugiés de guerre dispersés à travers l’Europe). Alors que la majorité des Ukrainiens interrogés fuyant la guerre ont fait preuve d’un manque de sensibilisation et/ou ont sous-estimé les risques d’exploitation et de traite des êtres humains, il y a des indications claires que certaines PDI et réfugiés fuyant la guerre sont soumis à l’exploitation par le travail et/ou ciblés par les trafiquants. Cependant, aucune donnée fiable n’est disponible. Il est important de comprendre l’ampleur du défi pour concevoir des politiques efficaces de prévention de l’exploitation par le travail et de la traite des êtres humains. 2. Manque de capacité du gouvernement à informer les Ukrainiens des risques d’exploitation par le travail auxquels ils peuvent être confrontés lorsqu’ils quittent leur foyer en raison de la guerre. L’OIT a aidé l’Inspection nationale du travail de l’Ukraine (SLI) à développer la campagne « L’Ukraine au travail » pour informer la population de ces risques. La campagne a débuté en avril 2022, a touché environ 4 millions de personnes jusqu’à présent, et son portail Web reste www.pratsia.in.ua opérationnel, mais nécessite une mise à jour continue avec des informations fiables et sur mesure sur les risques d’exploitation par le travail et de traite des êtres humains. Le SLI n’est pas en mesure de le faire régulièrement sans soutien extérieur. 3. Absence d’un cadre réglementaire et volontaire approprié pour régir et guider le fonctionnement et les activités des agences d’emploi privées (PrEA). En tant qu’intermédiaires entre les demandeurs d’emploi et les employeurs, les PrEA peuvent jouer un rôle important dans la réduction des risques d’exploitation par le travail et de traite des êtres humains. Ils devraient veiller à ce que les demandeurs d’emploi ne se voient facturer aucun frais pendant le processus de recrutement et à ce qu’ils soient pleinement informés de leurs droits et obligations. Il existe une législation secondaire régissant les PrEA et est en cours de modification. C’est l’occasion de veiller à ce que la nouvelle législation soit pleinement conforme à la convention (n° 181) de l’OIT sur les agences de placement principales, 1997. Un code de conduite de l’industrie sur le recrutement équitable a été adopté, mais n’a pas été largement diffusé et promu par l’industrie.

Other

Composante 1: Prévention de l’exploitation par le travail et de la traite des êtres humains : Cette composante a pour ambition de cibler les personnes déplacées et les réfugiés. Pour y parvenir ILO améliorera la disponibilité des « datas », l’accès à l’information ainsi que le cadre réglementaire. Composante 2: Développement des entreprises : A ce niveau, ILO agira sur les perturbations du marché du travail et des activités commerciales. En effet, les nombreuses délocalisation dans des zones plus sûres du pays qui ont entrainées des pertes d’emplois massives. Le ministère ukrainien du Développement économique estime que le nombre de chômeurs a augmenté de 2,3 millions depuis le début de la guerre. De plus, ILO a indiqué un manque de formation à l’entrepreneuriat local. Le gouvernement ukrainien considère le développement de l’entreprenariat comme l’une des nombreuses politiques actives du marché du travail visant à créer des emplois supplémentaires. Ces formations constituent également une condition préalable pour recevoir un prêt. ILO souhaite également appuyer la création de nouvelles entreprises et reprise des activités des entreprises existantes. Ceci en soutenant le développement de l’entrepreneuriat par des subventions de formation et de démarrage d’entreprise notamment. Composante 3: Soutien aux partenaires sociaux pour les entreprises et les travailleurs : Les défis identifiés sont les suivants: une situation financière précaire des organisations d’employeurs et de travailleurs; la capacité limitée des organisations patronales et commerciales de répondre aux demandes des membres pour de nouveaux services mais également la capacité insuffisante de répondre aux besoins urgents des catégories de travailleurs les plus vulnérables.

Disclaimer: Country borders do not necessarily reflect the Belgian Government's official position.